Vol.19, 1997


Présentation/Presentation

Robert A. Papen et/and Jeff Tennant

Articles 

  • Language in Newfoundland and Labrador: Past, Present and Future

Sandra Clarke

  • Enseigner la langue seconde par la morphosyntaxe du verbe: Application au FLS

Hubert Séguin

  • The Development of Marked Structures to Code Episode Boundaries

Shannon McEwen and Gary Prideaux

  •  L’évaluation de la compétence langagière de futurs enseignants: Un exercice de validation

Suzanne Allard

  • Use of Restrictive Expressions JUSTE, SEULEMENT and RIEN QUE in Ontario French

Katherine Rehner and Raymond Mougeon

  • Transfert et fossilisation: une perspective diachronique

Patrick Mather

  • The Oral Development of the French Immersion Student: The Case of FI Students in Newfoundland and Labrador

Joan Netten, Marguerite Noonan, Norah O’Reilly and Rose-Marie Tapp

  • An analysis of the ability of 1st and 2nd year university FSL students to summarize text

Giselle Corbeil

  • La leçon zéro ou comment enseigner à apprendre

Hélène Knoerr et Alysse Weinberg



Language in Newfoundland and Labrador: Past, Present and Future

Sandra Clarke

Memorial University of Newfoundland

The linguistic situation of the province of Newfoundland and Labrador has not attracted much attention within the Canadian linguistic context. In a country of over 25 million inhabitants, officially bilingual in English and French, the province – the total population of which is only half a million – constitutes something of a socioeconomic and linguistic anomaly. The aim of this article is to provide an overview of the linguistic situation in Newfoundland/Labrador, from both a historical and present-day perspective, and to illustrate some of the ways in which linguistic issues faced by the province are of importance to the broader linguistic sphere, particularly the areas of sociolinguistics and the role of minority dialects in education.

La situation linguistique de la province de Terre-Neuve et du Labrador n’a pas attiré beaucoup d’attention dans le contexte langagier canadien. Dans un pays de plus de vingt-cinq millions d’habitants, officiellement bilingue en anglais et en français, la province ­ dont la population n’est que d’un demi-million ­ constitue en quelque sorte une anomalie socio-économique et linguistique. Le but de cet article est de fournir un survol de la situation linguistique de Terre-Neuve/Labrador, tant d’un point de vue diachronique que synchronique et d’illustrer comment les problèmes linguistiques auxquels fait face la province sont d’une grande importance pour le domaine de la linguistique, particulièrement celui de la sociolinguistique et celui du rôle des dialectes minoritaires en éducation

Haut/Top

Enseigner la langue seconde par la morphosyntaxe du verbe: Application au FLS

Hubert Séguin

Université d’Ottawa

L’auteur propose un programme de grammaire destiné à des anglophones de niveau avancé dans un contexte d’études universitaires. Il se situe dans la ligne de pensée du «lexique-grammaire», selon laquelle c’est l’emploi des mots qui détermine l’emploi des règles grammaticales, et non l’inverse. Le verbe étant le noyau de la phrase, la grammaire est donc revue à partir d’un nombre restreint de verbes choisis parmi les plus nécessaires au discours. Les quatre verbes les plus fréquents et les plus idiomatiques, être, avoir, aller et faire, de par leur emploi morphosyntaxique, permettent déjà d’établir les types fondamentaux des phrases constituées d’un Sujet et d’un Prédicat (S + P). Des transformations (par addition, par effacement, par substitution ou par déplacement) permettent aux apprenants, en favorisant une approche cognitive, de s’approprier les mécanismes grammaticaux d’un second code, ce qui est bien ici l’objectif visé.

The author describes an advanced-level grammar course for anglophones studying in a university context. Developed within a lexical-grammatical approach in which lexical use determines grammatical usage and not vice-versa, the method described here identifies the verb as the principal component of the sentence. The author suggests beginning with the verbs that are the most important in terms of discourse and at the same time the most frequent and idiomatic in terms of morphosyntactic use, namely être, avoir, aller and faire. A study of these verbs will allow students to acquire both the basic sentence patterns and more complex patterns by means of different transformations (addition, deletion, substitution and displacement) and, ultimately, the underlying grammatical system of the new language. Throughout the course, students are encouraged to reflect on their emerging grammatical system and to use existing knowledge to crack the new code.

Haut/Top

The Development of Marked Structures to Code Episode Boundaries

Shannon McEwen

Gary D. Prideaux

University of Alberta

This paper examines children’s acquisition of marked structures to code episode boundaries within discourse. Two groups of children, early grade school and early adolescents, participated in an experiment in which they provided oral narratives of the same stimulus materials. When the syntactically marked structures were tabulated within each narrative, it was found that the younger children did not use marked structures differentially in episode-initial and episode-medial positions. The older group used significantly more marked structures in initial positions, revealing that they had mastered the adult strategy of using markedness as one device for coding thematic transitions.

Cet article présente les résultats d’une expérience visant à examiner l’acquisition de structures marquées dans l’encodage de frontières d’épisodes discursifs. Lors de cette expérience, deux groupes d’enfants (un groupe de niveau primaire et un groupe de jeunes adolescents) ont produit des narrations orales à partir de stimulus similaires. L’examen des structures syntaxiques marquées présentes dans ces narrations a révélé que les plus jeunes participants ont utilisé ces structures de façon similaire en début et en milieu d’épisode alors que le groupe de jeunes adolescents a employé significativement plus de structures marquées en position initiale d’énoncé. Ce résultat indique que le groupe de niveau primaire maîtrise une stratégie propre aux adultes, à savoir celle du marquage, à l’intérieur du processus d’encodage de transitions thématiques.

Haut/Top

L’évaluation de la compétence langagière de futurs enseignants: un exercice de validation

Suzanne Allard

Université Sainte-Anne

Le présent article est un rapport de recherche concernant le développement et la mise à l’essai d’un test de compétence langagière destiné aux futurs enseignants2 de la Nouvelle-Écosse francophone. La recherche avait pour but d’étudier le développement du test et d’explorer les contraintes et problèmes reliés aux procédures de validation. Cette étude s’appliquait à une situation particulière et elle visait à répondre à un besoin d’attestation professionnelle en compétence langagière. L’instrument a été développé en fonction du champ d’intérêt de la population cible et son contenu a été porté à la critique de divers intervenants du milieu professionnel et social. La rétroaction reçue des intervenants a permis de développer une seconde version du test, version qui a été mise à l’essai auprès de la population des futurs enseignants. Leurs résultats ont été analysés de manière à respecter certaines des exigences de validation. L’étude a permis de générer diverses hypothèses concernant l’évaluation de la compétence langagière dans les cadres théoriques de l’évaluation authentique et du courant holistique.

This article reports on the development of a language proficiency test in French for graduating students in an undergraduate teacher education program. The research contained two main components: the options available to develop the instrument and explorations on constraints related to the validation procedures involved. This is essentially an applied study. Its aim was to answer to the perceived need of qualifying the level of language competence of students. The instrument was developed with consideration of the field of specialisation of the target population and its content was submitted to stakeholders from the professional and social milieux. Their feedback enabled us to develop a second version which was tried on a sample of the population. Results were analysed so as to generate hypotheses regarding language testing within the theoretical foundations related to authentic assessment and to the holistic approach in the field of language teaching.

Haut/Top

Use of Restrictive Expressions JUSTE, SEULEMENT, and RIEN QUE in Ontario French

Katherine Rehner

OISE/UT

Raymond Mougeon

York University

This work examines the social, geographic and syntactic distribution of the synonymous French restrictives SEULEMENT, RIEN QUE, and JUSTE in the speech of adolescent Franco-Ontarians, and compares its findings with two studies of Montreal French. The trends uncovered include: the increased frequency of the expression JUSTE favoured most by females, the working class, and infrequent users of French; the association of RIEN QUE with males; and the marginal use of SEULEMENT. Restriction of infinitives and circumstantial complements is associated with the use of JUSTE.

Cette étude examine la distribution sociale, géographique et syntaxique des expressions de restriction synonymes SEULEMENT, RIEN QUE, et JUSTE dans le parler de Franco-Ontariens adolescents et compare ses résultats avec ceux de deux études sur le français de Montréal. Les principales tendances révélées par notre étude sont: la montée de JUSTE – associée surtout avec les filles, les locuteurs de la classe ouvrière, et ceux qui communiquent peu souvent en français; l’association de RIEN QUE avec les garçons; et l’emploi marginal de SEULEMENT. La restriction des infinitifs et des compléments circonstanciels est associée à l’emploi de JUSTE.

Haut/Top

Transfert et fossilisation: une perspective diachronique

Patrick André Mather

University of Pittsburgh

Le phénomène des interférences de la langue première dans l’acquisition d’une langue seconde a été amplement documenté tant sur le plan synchronique par les spécialistes de l’acquisition des langues, que par les diachroniciens: les premiers parlent en effet de transfert tandis que les seconds évoquent les effets de substrat. L’article qui suit vise à jumeler ces deux approches théoriques et, en se fondant sur des exemples précis, à souligner leur complémentarité. Une enquête sociolinguistique menée en Lorraine (France) en 1993 auprès de deux générations de locuteurs nous a permis d’étudier le phénomène du transfert de la langue première tant sur le plan synchronique que diachronique, et d’illustrer l’utilité de faire appel à plusieurs approches pour expliquer un même phénomène linguistique.

L1 interference in the acquisition of a second language has been well documented both synchronically by acquisition specialists and diachronically by historical linguists. L2 acquisition experts refer to this phenomenon as transfer, whereas historical linguists speak of substratum interference. The following article seeks to combine both theoretical approaches and, based on specific examples, to show that they can work hand in hand. A field study conducted in Lorraine (France) in 1993 with two generations of speakers has enabled us to study L1 transfer from both a synchronic and a diachronic perspective, and to underscore the usefulness of using several approaches to account for a single linguistic phenomenon.

Haut/Top

The Oral Development of the French Immersion Student from Grade 1 to Grade 9: The Case of FI Students in Newfoundland and Labrador*

Joan Netten, Marguerite Noonan, Norah O’Reilly and Rose Marie Tapp

Memorial University of Newfoundland

This article integrates the results of three studies which were undertaken to examine the speech of early French immersion pupils in Grades one to nine in the Newfoundland school system to determine whether their oral competence showed discernable progress. Six pupils at each grade level were interviewed, and the speech samples were rated by categories. Results indicated that students in the primary level are identifiable by grade and that progress from grades one to three is discernable. At the elementary level, students are not identifiable by grade, and individual differences increase. For the intermediate level, students are capable of more extended speech, but grammatical inaccuracies are still frequent. Some implications of these results for the organization and evaluation of immersion programs and L2 research are given.

Cet article met ensemble les réultats de trois études de la compétence orale des étudiants en immersion précoce de la première année à la neuvième dans les écoles de Terre-Neuve. Le parler de six élèves à chaque niveau a été examiné pour détérminer jusqu’à quel point on peut discerner du progrès à travers les niveaux. Une comparaison des résultats des études a suggéré qu’il y a un progrès évident au premier cycle du primaire; qu’entre la quatrième et la sixième années il y a beaucoup plus de variation individuelle et que le progrès est moins évident d’un niveau à l’autre; et qu’entre la septième et la neuvième années, les étudiants sont capables de produire des énoncés plus longues, mais que le progrès dans la précision grammaticale est moins évidente. L’article conclut avec quelques implications pour l’organisation et l’évaluation des programmes d’immersion en français et les recherches sur l’acquisition d’une langue seconde.

Haut/Top

An analysis of the ability of 1st and 2nd year university FSL students to summarize text

Giselle Corbeil

Acadia University

This paper represents an attempt to better understand the role played by a greater second language proficiency. English-speaking students enrolled in 1st and 2nd university French courses were asked to summarize a French text in French. Their summaries were analyzed according to two scoring scales, one focussing on the inclusion of main idea units and the other one, on summarization rules such as the ability to condense the text through deletion, combination of ideas, generalization and construction. Results showed that 2nd year students were better at including more idea units, and at using more correct paraphrases than would 1st year students. A trend in this direction was also noted for their ability not to distort the original. Suggestions for teaching and further research conclude the paper.

Cet article s’inscrit dans un effort de mieux comprendre le rôle que joue une plus grande compétence en langue seconde quant à l’utilisation des règles propres à la rédaction de résumés de texte. Des étudiants anglophones de niveau universitaire inscrits dans des cours de 1ère et de 2e années devaient résumer un texte français, en français. Leurs résumés ont ensuite été évalués en se servant de deux grilles d’évaluation, l’une portant sur l’identification des idées principales du texte et l’autre, sur l’emploi des principales règles régissant les résumés de textes telles que la suppression de mots inutiles, la fusion de paragraphes de même contenu, l’emploi de généralisations et d’inventions. Les résultats nous démontrent que les étudiants de 2e année s’en tirent mieux que les étudiants de 1ère année en ce qui a trait à l’inclusion des idées principales et à l’emploi d’expressions originales. Une tendance dans cette direction se dessine aussi quant à l’habileté à ne pas déformer l’original. Des suggestions sont faites au niveau de la pédagogie ainsi qu’au niveau de l’orientation des recherches à venir.

Haut/Top

La leçon zéro ou comment enseigner à apprendre

Hélène Knoerr et Alysse Weinberg

Université d’Ottawa

En expérimentant dans nos classes le manuel À bon port que nous avons écrit pour la première année de français langue seconde, nous avons constaté que nos apprenants ne semblaient pas posséder les stratégies les plus productives pour l’apprentissage d’une langue seconde. Nous avons alors ajouté une leçon zéro, dont l’objectif est non seulement de familiariser les apprenants avec le matériel et son approche, mais aussi de faire d’eux de bons apprenants grâce au développement de stratégies et à leur application systématique. Notre communication définira le cadre méthodologique du manuel, puis explicitera les objectifs du chapitre introducteur et en présentera les principales composantes.

While we were experimenting with our new textbook À bon port in our first year University French classes, we realized that our students did not have the most productive second language learning strategies. We therefore decided to add a preliminary unit in order not only to introduce the material and its innovative approach but also to teach our students how to become better learners through the systematic use of learning strategies. This presentation will define the methodological framework of the textbook and the objectives of the introductory unit. We will then present its main components.

Haut/Top